20 décembre 2010

9/

Allongée sur son lit, la tête dissimulée sous la couette, Cassidee écoutait son coeur battre. Il résonnait dans sa poitrine, repensant à l'après midi qui venait de se dérouler.

Ils étaient face à face, silencieux. Cassidee gardait les yeux rivés sur lui incapable de les bouger ne serait-ce qu'une demi-seconde. Quand au garçon, il gardait la tête basse, et ne disait plus un mot. De longues minutes passèrent. Cassidee finit par secouer la tête et se lever lentement. Une main chaude la saisie, elle tressaillit, et se retrouva clouée au sol, dans les bras chaleureux du garçon. Il carressait sa tête, enroulant ses bras autour de sa taille. Cassidee se laissa faire, et à sa plus grande surprise, sans trembler. Ils restèrent ainsi, Alex chuchotant à l'oreille de la jeune fille, des mots sans liens, des promesses envolées, et doucement, il essuyait chaques larmes.

Puis, Cassidee s'éloigna, il ne la retint pas.

Maintenant, trop fatiguée pour penser à autre chose, elle se laissait bercer par le sourire du garçon qui se mélangeait à la musique de son coeur. Elle ferma les yeux.

Le lendemain, Cassidee se leva avec une boule dans le ventre. Sans comprendre comment ou pourquoi, elle ne prit même pas la peine de mettre ses bottines, elle s'elança dans le couloir, jusqu'au bout, puis, sans frapper, elle ouvrit la porte. Un vent glacial s'infiltra dans ses cheveux.

- Qu'est-ce que?

Le lit central était fait, et les draps changés. La porte de la penderie laissait apercevoir un vide, les vêtements avaient disparus. Cassidee balaya la chambre du regard, et tomba doucement, contre le mur.

- Il est partit il y a une heure.. Murmura une voix enfantine.

Cassidee tourna les yeux vers le petit garçon qu'Alex avait raccompagné. Un petit Tom, adorable qui ne quittait pas le jeune homme dès qu'il pouvait sortir de sa chambre et ce, depuis son admission.

- Quoi? demanda l'adolescente la voix cassée.

Tom hôcha la tête, et lui tendit un bout de papier déchiré.

" Un jour, ton coeur ne battra plus seul. Un jour, mon coeur le rejoindra. Et ce jour là, nos coeurs battront à l'unissons.

Guérie.

-Alex-"

Cassidee osa à peine relire ses mots qui la brisaient un peu plus quand ses yeux se posaient dessus. Se levant précipitemment, elle couru jusqu'à la salle de garde. Jewell était assise au bureau et buvait un café, qui gicla sur sa blouse lorsque la jeune fille poussa la porte.

- Cassidee! Tu m'as fait peur! commença l'infirmière.

Puis elle aperçut le regard apeuré de l'adolescente, et se leva.

- Qu'est ce qui se passe? demanda-t-elle d'une voix sérieuse.

- Où il est? risqua Cassidee en baissant les yeux.

- Qui?

- Alex! cria-t-elle.

- Alex? Oh... Il est partit ce matin chez son oncle. Je suppose que c'est la dernière famille qui lui reste. Alors, il veut en profiter non? Il ne te l'a pas dit?

Devant le visage décomposé de sa patiente, Jewell devina la situation, son regard se posa sur le bout de papier serré entre les doigts de la jeune fille. Elle le prit délicatement, et le lu en silence.

- Ca sonne comme une promesse non?

Cassidee releva les yeux vers elle, sans comprendre.

- La promesse qu'un jour il reviendra, pour toi.

- Il est partit. Il est comme les autres.

Jewell s'asseya et regarda la jeune fille patiemment.

- Peut être.. Que pour une fois, tu devrais lui dire ce que tu penses Cassidee. Fais comme lui. Ecris.

- S'il est partit, c'est qu'il ne veut pas de moi. Il a menti.

- Je ne crois pas que ce soit le genre du grand Alexander, le seul qui arrive à faire apparaitre un sourire sur ce visage blanc.

- Ca ne change rien. Que ce soit lui ou pas, il est comme les autres!

- Tu dois quand même, dire ce que tu veux dire.

Surprise, Cassidee fixa son infirmière favorite.

- C'est lui, qui te disait ça non? murmura-t-elle avec un sourire.

Cassidee se sentit soudain, différente. Un sentiment fort la propageait de toute part. Elle serra les poings, et sortit en claquant la porte. En colère, elle retourna dans sa chambre, prit son journal intime, et déchira une page, avant d'attraper son stylo, et de déverser des flots de mots, sans savoir pourquoi. Elle devait le faire.

Posté par Kanae Ha à 14:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur 9/

Nouveau commentaire